2019 et 2020 en question(s) et réponses des cuisinistes

Actualités - 29 janv. 2020

Notre baromètre d'opinion révèle que les cuisinistes ont réalisé un bon exercice l'an passé, marqué par une hausse de leur panier moyen (mais moins prononcée), des mouvements sociaux aux effets variables et un optimisme désormais bâti sur leurs propres ressources. Voici les chiffres détaillés et commentés.

 

1/ Le bilan de votre activité en 2019 est-il globalement :

- Très bon : 20 % (rappel 2018 : 20%)

- Bon : 60 % (rappel 2018 : 60 %)

- Moyen : 10 % (rappel 2018 : 10 %)

- Mauvais : 10 % (rappel 2018 : 10 %)

- Très mauvais : 0 % (rappel 2018 : 0%)

Commentaires : Des chiffres absolument identiques à ceux enregistrés l’an passé, et qui reflète une année qui s’est finalement plutôt bien déroulée, motivée par le dynamisme du marché de la cuisine équipée. Celui-ci a été encore nourri en 2019 par un appétit des Français pour l’équipement de cette pièce au cœur du marché, mais aussi pour les autres équipements domestiques et fonctionnels sur mesure, tel le dressing que certains cuisinistes ont exploité comme une diversification efficace pour mieux lisser leur activité toute l’année.  On ajoutera deux remarques à ce constat général : primo, les cuisinistes ont de nouveau bien résisté, malgré une concurrence encore davantage exacerbée des grandes surfaces (y compris GSB et apparentée) et l’arrivée plus marquée de nouvelles enseignes de distribution spécialisée; secundo, cette bonne santé contraste de manière positive avec celle du marché allemand, ce qui attise d’autant plus les ambitions des fabricants d’outre-rhin qui ont continué à gagner des parts de marché dans notre pays.  

        

2/ L’an passé, la fréquentation de votre magasin :

- A progressé : 30 % (rappel 2018 : 20 %)

- Est restée stable : 50 % (rappel 2018 : 70 %)

- A régressé : 20 % (rappel 2018 : 10 %)

Commentaires : Des résultats plus contrastés que l’an passé et qui traduisent des situations qui l’ont été tout autant au cours de l’année dernière, les cuisinistes subissant, selon leur localisation, plus ou moins fortement les baisses de fréquentation générées par les divers mouvements sociaux. Cette déduction des chiffres est confirmée par les déclarations des cuisinistes que nous avons sondés, certains d’entre eux expliquant avoir été nullement affectés. Un peu à l’image des grèves de décembre qui ont surtout concerné les transports et donc habitants et commerces de la Région parisienne. 

 

3/ Votre panier moyen : 

- A progressé : 60 % (rappel 2018 : 70 %)

- Est resté stable 40 : % (rappel 2018 : 30 %)

- A baissé : 0 % (rappel 2018 : 0%)

Commentaires : Les pourcentages sont similaires, même si on pourra faire la fine bouche en constatant une moindre hausse (encore majoritaire toutefois) des budgets consacrés par les Français à leur achat de cuisine. Cette tendance est probablement due à la pression plus forte sur les prix exercée par le développement des grandes surfaces et à la réponse apportée par les cuisinistes qui, avec pragmatisme, se sont dotés d’une gamme plus compétitive.

 

4/ Quel événement vous a marqué le plus l’an dernier :

- Les mouvements sociaux (gilets jaunes au premier semestre, grèves en décembre) : 90 %

- La tenue du Sadecc en avril : %

- La mise en redressement judiciaire fin mai des Cuisines Sagne : %

- L’annonce en juillet de la fermeture de 32 magasins Conforama en France : 10 %   

- Autre (précisez) : %

Commentaires : Un résultat logique, en raison de l’impact socioéconomique, en réalité sociétal et médiatique, en jouant sur le moral de nos concitoyens, qu’ont eu les mouvements sociaux inédits dans la France contemporaine, par leur durée et leur ampleur. L’absence de réponse concernant la tenue du Sadecc à Paris et le sort funeste de Sagne au printemps pose toutefois question quant au regard - détaché ? désabusé ? - des cuisinistes sur leur filière.

 

5/ Pour 2020, vous êtes :

- Pessimiste, car la situation économique va s’aggraver : 10 % (rappel 2018 : 10 %)

- Optimiste, car la situation économique est bonne ou va s’améliorer : 50 % (rappel 2018 : 10 %)

- Attentiste : 40 % (rappel 2018 : 80 %)

Commentaires : On ne pourra que se réjouir de ces résultats recueillis après l’annonce de la bonne attractivité de la France pour les investissements étrangers, et avant celle de la baisse du chômage en 2019 pour atteindre presque le taux d’avant la crise de 2008. On doit toutefois préciser que les cuisinistes ont déclaré explicitement s’inscrire dans « un optimisme reposant sur leurs propres actions et ressources pour dynamiser leur activité, plutôt que d’attendre des actions gouvernementales les aidant vraiment dans leur métier. »   

 

6/ En 2020, envisagez-vous de :  

- Changer éventuellement de fournisseurs pour monter en gamme : 0 % (rappel 2018 : 30 %)

- Garder le même fournisseur, mais de monter en gamme : 20 % (rappel 2018 : 10 %)

- Garder le même fournisseur et le même positionnement : 50 % (rappel 2018 : 60 %)

- Ajouter un fournisseur en gardant le même positionnement : 30 % (rappel 2018 : 0 %)

Commentaires : Le besoin de monter en gamme se fait moins sentir chez les cuisinistes. Un réflexe légitime et cohérent au regard de l’évolution du panier moyen telle que la révèle les réponses à la question n°3 ci-dessus. C’est cette tendance seule qui freine leur désir de changer de fournisseur, qu’ils affinent pour un tiers d’entre eux en tablant sur un complément d’offre de cuisines équipées. Le marché reste donc ouvert pour les uns comme pour les autres et c’est aussi ce qui fait son dynamisme. 

    

Compilation des données et commentaires : J.A

    

Sondage effectué du 20 au 24 janvier 2020, auprès d’un panel représentatif de cuisinistes actifs dans diverses régions de France, concessionnaires de marques enseignes nationales, indépendants multimarques (y compris allemandes et italiennes) et positionnés sur les segments du moyen au haut de gamme. 

Partager cet article

2019 et 2020 en question(s) et réponses des cuisinistes
2019 et 2020 en question(s) et réponses des cuisinistes

Liens sur vignettes ci-dessous