Culture Cuisine
Culture Cuisine
login
 


Liens sur vignettes ci-dessous










 Retour...



Certes, les réfrigérateurs sont des objets du quotidien. Cela ne veut pas dire qu’ils sont devenus des objets d’une affligeante banalité, ne méritant pas de bénéficier de la cogitation des laborantines cellules grises pour les améliorer au-delà de la pose d’un nouveau type de clayettes.           

 

Le sujet est suffisamment sérieux et le site futura-sciences.com vient de consacrer un article à l’une des pistes de recherche les plus innovantes en matière de réfrigération à usage domestique ou professionnelle.     

 

On y apprend ainsi que certains matériaux peuvent être refroidis à l'aide d'un champ magnétique, un phénomène connu depuis plus d'un siècle. Dès les années 1930, les principes de la réfrigération magnétique par effet magnétocalorique étaient établis et ont permis de descendre bien en dessous de la température de liquéfaction de l'hélium. Les recherches se poursuivent aujourd’hui pour réaliser des réfrigérateurs magnétiques domestiques, qui seraient plus écologiques. Des scientifiques viennent de mettre la main sur un matériau qui semble efficace à température ambiante.

 

Pour les calés en sciences, voici quelques précisions (les autres sont à cliquer sur le lien en fin d’article). La découverte s’est faite par sérendipité. Les chercheurs étudiaient un effet magnétocalorique standard que l'on pouvait obtenir vers 10 kelvins quand ils ont eu l’idée de faire tourner l’échantillon de 90 °C en maintenant un champ magnétique constant. La brusque baisse de température a été interprétée comme une manifestation d’un effet anisotrope du champ magnétique sur le matériau. Le phénomène est donc relié à la symétrie du réseau cristallin. On peut donc imaginer une nouvelle façon de refroidir d’autres matériaux de la même façon en les faisant tourner plusieurs fois dans un champ magnétique. L’idéal pour des applications dans la vie courante serait de disposer de cristaux magnétiques anisotropes similaires qui manifesteraient un effet magnétocalorique rotationnel important à température ambiante. En attendant, cette nouvelle technique pourrait au moins être utilisée pour liquéfier de l’hydrogène ou de l’hélium en contact avec un composé magnétiquement refroidi à très basse température.

 

Des explications simplifiées sont données dans un film de 40 secondes, visible en cliquant sur ce lien



Liens sur vignettes ci-dessous