Culture Cuisine
Culture Cuisine
login
 


Liens sur vignettes ci-dessous










 Retour...



Culture Cuisine : Pourquoi et comment êtes-vous devenu cuisiniste ?

Eric Antonietti : « Il y a 18 ans, je me suis installé comme petit électricien de campagne et, au fil des années, ma société s’est développée jusqu’à compter 18 salariés et travailler pour des grandes entreprises de ma région, telles que la chocolaterie Lindt. J’ai ensuite vendu mon affaire au groupe Cegelec. Ne comptant pas rester les bras croisés, j’ai ouvert à Oloron Sainte-Marie un magasin Pro & Cie spécialisé dans l’électroménager brun et blanc. Désirant diversifier mon offre produits tout en restant cohérent, j’ai d’abord élargi celle-ci à la vente de poêles à bois qui a connu rapidement un bon succès. Dans le même esprit, j’ai monté dans mon magasin un petit show-room de cuisines Sagne, qui a lui aussi enregistré de très bons résultats dès son ouverture en 2011.Couvrant au départ 60 m2 avec 5 modèles exposés, cet espace a été agrandi jusqu’à 250 m2 attenant à mon magasin. 160 m2 sont réservés à la présentation de cuisines et de salles de bains, les 80 m2 restant étant dédiés aux bureaux et l’accueil.

 

CC : Pourquoi avoir choisi la cuisine comme principale activité de diversification ?

Eric Antonietti : Parce que la cuisine consiste à la fois dans la mise en œuvre d’un produit personnalisé et de services qui le sont tout autant. De plus, il s’agit d’un marché porteur qui nous permet d’intervenir dans celui plus vaste du bâtiment, dans lequel j’ai une solide expérience. Aujourd’hui, notre chiffre d’affaires réalisé en cuisine est de 450 000 euros, la salle de bains pesant quant à elle 150 000 € et les poêles à bois 400 000 € environ.  

 

CC : Pourquoi avoir choisi la marque Sagne dès vos débuts en cuisine ? Et pourquoi la référencez-vous de façon exclusive ?

Eric Antonietti : Je souhaitais avant tout travailler avec un fabricant français implanté dans notre région. Située à La Réole, l’entreprise Sagne répondait à cette condition géographique et sa bonne réputation de société familiale réalisant un travail de qualité m’a incité à prendre contact avec elle. Je me suis donc rendu sur leur site de production et j’ai véritablement apprécié l’accueil qui m’a été réservé et leur manière de collaborer avec leurs distributeurs. Je ne cherchais pas à revendre une gamme de cuisines de premier prix, parce que je sais que cela entraine toujours des risques de SAV préjudiciables à l’activité commerciale et à la réputation d’un magasin. Cela dit, avec sa gamme Pronto, Sagne permet à ses partenaires de répondre aux budgets plus serrés qui sont devenus fréquents depuis la crise de 2008. Toutefois, elle ne représente que 5 % de nos ventes, car nous parvenons à maintenir un panier moyen élevé (12 000 euros électroménager, pose et travaux annexes inclus) en misant sur la personnalisation pointue des produits et prestations. Ce niveau d’exigence est rendu possible par la qualité des livraisons ponctuelles et du SAV rapide de la société Sagne. A cela s’ajoute d’excellents rapports professionnels avec les responsables de l’usine de La Réole qui sont toujours disponibles pour répondre à nos attentes, y compris, je dois le souligner, les patrons de l’entreprise. C’est pourquoi je compte pérenniser ce partenariat,  faisant confiance à la société Sagne pour me permettre de rentabiliser les 445 000 euros investis dans mon magasin de cuisines et de salles de bains. Avec ma fille qui réalise les maquettes de nos modèles, suite à un stage de formation que lui avait conseillé notre fournisseur, nous sommes optimistes car les consommateurs sont de plus en plus sensibles à la fabrication made in France des cuisines qu’ils souhaitent acheter. Nous avons même apposé sur nos derniers catalogues la mention « Fabriqué dans le Sud-Ouest » qui est particulièrement appréciée de nos clients. La crise a eu au moins cette vertu d’alerter les consommateurs sur la nécessité de privilégier les fabrications locales pour sauvegarder l’emploi. Nous vérifions régulièrement ce constat auprès de notre clientèle âgée de plus de 50 ans. Les plus jeunes qui sont moins aisés gardent en revanche comme critère principal le prix pour première installation ».



Liens sur vignettes ci-dessous